Les vertus du tango révélées

DDC / l’Express, le 28.01.2009

Tango? On nous a servi de tout sous cette étiquette. Les voies empruntées par le tango au cours de son histoire sont aussi mystérieuses que celles du destin. Le tango a quitté désormais les faubourgs de Buenos Aires pour traduire l’âme de tout un pays. La «Misa tango» de Luis Bacalov, en première exécution dans la région sous l’égide de Musique des lumières, en révélera les vertus.

Né à Buenos Aires en 1933, Luis Bacalov place le tango, et ses dérivés rythmiques typiques du Rio de la Plata, sur une adaptation espagnole du texte latin de la messe. Il raccourcit le Credo afin d’en adapter l’esprit aux trois grandes religions monothéistes, précise-t-il. La «Misa tango» pour grand orchestre, chœur et solistes sera interprétée sous la direction de Facundo Agudin par l’Orchestre symphonique du Jura (OSJ), par l’Ensemble vocal de Villars-sur-Glâne, l’Opus chœur de chambre en collaboration avec le chœur Lyrica de Neuchâtel. Amaya Dominguez, mezzo-soprano, lauréate du prix Jeunes talents à Strasbourg en 2002, et Ruben Amoretti, baryton reconnu, seront les solistes de la «Misa tango».

Fondé par Facundo Agudin, composé de musiciens professionnels, l’OSJ existe depuis 2002. Sous l’impulsion de ce chef d’orchestre, l’ensemble a rapidement pris son envol, soutenu par la volonté de développement culturel et de communication des cantons du Jura et de Berne.

Au-delà de l’histoire de West Side Story, la partition de Leonard Bernstein compte de nombreuses musiques chorégraphiques. Le compositeur a imaginé une Suite symphonique développant ces rythmes dans une écriture orchestrale virtuose. On l’appréciera à la suite de la «Misa tango». Le «Boléro», œuvre parmi les plus connues de Ravel, ajoutera à l’attrait de ce concert. La pièce débute par un délicat solo de percussion, puis elle explore, l’une après l’autre, dans une répétition rythmique obsédante, toutes les couleurs instrumentales qui éclateront dans un grandiose final orchestral.